Nos activités en 2014-2015

Le Pôle de l’Observation de la participation des femmes à la vie publique organise son atelier de planification (mai 2015)

Du 26 au 28 mai 2015 a eu lieu à Abidjan en Côte d’Ivoire, l’atelier de planification du Pôle de l’Observation de la participation des femmes à la vie publique. Ce Pôle, créé en 2014 sous l’impulsion du Réseau des Observatoires de l’Égalité de Genre (ROEG), regroupe 14 observatoires du ROEG de 10 pays dont le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, Haïti, Madagascar, le Sénégal, le Togo ou encore la RDC.

Le but de ce Pôle est de contribuer à une meilleure représentation et participation des femmes à la vie publique dans le monde francophone et plus particulièrement africain par la mise en partage d’outils, de méthodes de collecte de données et d’échanges d’expériences entre les membres du Pôle. Cet atelier, soutenu par ONU Femmes et le Ministère de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l’Enfant de Côte d’Ivoire, a été l’occasion de concrétiser le lancement du Pôle thématique et de définir un plan d’action pour les années à avenir.

Plus d’informations

Lancement du Pôle « Beutou Askanwi » au Sénégal (avril 2015)

Le Réseau des Observatoires de l’Égalité de Genre (ROEG) a organisé le 6 et 7 avril 2015 l’atelier de lancement du Pôle de l’Observation citoyenne du Genre « Beutou Askanwi » (qui signifie l’oeil du peuple en wolof) à Saint Louis au Sénégal. Cinq observatoires sénégalais membres du ROEG: HOM-DEDFF, l’Observatoire des relations de genre au Sénégal (ORGENS), l’Observatoire du genre de Matam (ORGM), l’Observatoire genre et développement de St Louis (OGDS) et WiLDAF/Sénégal ont décidé en septembre 2014 de mettre en place ce pôle de l’observation du genre afin d’échanger sur leurs pratiques, de mutualiser leurs expériences et de réfléchir sur des perspectives communes en termes de synergies d’actions sur le territoire sénégalais.

Plus d’informations

M. le Gouverneur de Saint Louis et Mme Fatma Oumrane, co-présidente de Genre en Action entourés par les représentant-e-s des 5 membres des observatoires sénégalais du Pôle

M. le Gouverneur de Saint Louis et Mme Fatma Oumrane, co-présidente de Genre en Action, entourés par les représentant-e-s des 5 membres des observatoires sénégalais du Pôle

 

Le ROEG à la CSW 59 (New York, mars 2015)

DSC_0233La 59ème Commission de la Condition des Femmes s’est déroulée du 9 au 20 mars 2015, au siège des Nations Unies, à New York. Des représentant-e-s des États membres, des entités des Nations Unies et des organisations non gouvernementales (ONG) de toutes les régions du monde ont pris part à cette session. Le ROEG représenté par Marlène Menoux, coordinatrice de Genre en Action, a participé à un side-event, organisé par le Réseau des femmes parlementaires francophones, sur le renforcement des partenariats entre les parlements et la société civile pour la mise en oeuvre des engagements internationaux relatifs aux droits des femmes. L’intervention du ROEG portera sur l’importance d’utiliser des données genrées dans l’élaboration, le suivi et l’application du travail législatif. Dans ce processus, le rôle des Observatoires du Genre issus de la société civile est capital. Par ailleurs, Justine Diffo, coordinatrice de Network for More Women in Politics (NMWP), observatoire membre du ROEG, est également intervenue sur l’importance de la participation des femmes en politique.

Intervention de Marlène Menoux « De l’utilité des données genrées dans les processus de suivi et de mise en oeuvre législatifs »

Plus d’informations sur la participations du ROEG: Conférence « Renforcement des partenariats entre parlements et société civile » – CSW 59 (2015)

E-formations (janvier-septembre 2015)

A partir de janvier 2015, le ROEG organise des formations en ligne sur l’observation des inégalités de genre.

Ces formations sont destinées en priorité aux membres du ROEG.

  • Module 1 : Observer les inégalités avec des méthodologies de recherche féministe
  • Module 2 : Observer l’économie à travers la perspective genre
  • Module 3 : Observer les violences de genre en milieu scolaire (VGMS)
  • Module 4 : Observer la participation des femmes à la vie publique (en cours de programmation)

Calendrier des formations

Phase 1

Phase 2

Phase 3

Phase 4

Module 1

5 – 24 janvier

23  fév. – 14 mars

15 – 28 mars

Septembre 2015

Module 2*

1 – 21 février

23 fév. – 14 mars

15 – 28 mars

Septembre 2015

Module 3*

1 – 21 février

23 fév. – 14 mars

15 – 28 mars

Septembre 2015

* ATTENTION : Il n’est pas possible pour une même personne de s’inscrire aux modules 2 et 3  dont les phases 1 se déroulent en parallèle. 

Tarifs par module

  • Gratuit : membres d’une structure partenaire du ROEG
  • 30 euros : adhérent-e à l’Association Genre en Action
  • 70 euros : membre du réseau Genre en Action (inscrit-e dans la base de données)
  • 100 euros : non membre de Genre en Action

Télécharger la fiche d’information (inscriptions closes)

 

Participation de nos membres au Colloque International « 1975-2015: C’est encore loin l’égalité entre les femmes et les hommes? » à Paris (décembre 2014)

Jeannine Raoelimiadana, membre du Centre d’observation et de promotion du genre SiMIRALENTA de Madagascar et Nadine Anilus, fondatrice et coordinatrice du Rezo Fanm Kapab Dayiti (REFKAD) d’Haïti ont été invitées à partager leurs expériences lors du colloque « 1975 – 2015 : C’est encore loin l’égalité des femmes et des hommes ? », organisé par Genre en Action et le Ministère des Affaires étrangères et du Développement international.

Jeannine Raoelimiadana a présenté l’expérience d’un groupe de travail à Madagascar sur l’intégration du genre dans la Stratégie Nationale de Relance de Développement (SNRD) et Nadine Anilus a évoqué les violences de genre comme frein au développement économique en Haïti. Retrouvez les présentations de nos membres sous la vidéo.

VIDEO Nadine Anilus : les femmes haïtiennes ne réclament pas justice face aux violences

Intervention de Nadine Anilus « Les Violences de genre comme frein au développement économique »

Intervention de Jeannine Raoelimiadana « Intégration du genre dans la Stratégie Nationale de Relance de Développement (SNRD): l’expérience d’un groupe de travail à Madagascar »

 

Lancement des pôles ROEG (septembre 2014)

1. Le pôle de l’Observation de la participation des femmes à la vie publique

En Afrique francophone, des avancées phares sont à noter dans la participation politique des femmes, comme la nomination en 2014 de Catherine Samba Panza à la tête de l’état Centrafricain ou encore celle d’Aminata Touré au poste de Premier Ministre du Sénégal. Il faut citer aussi l’assemblée parlementaire rwandaise qui comptait, en 2012, le plus haut pourcentage de femmes au monde (supérieur à 50 %) et l’assemblée nationale camerounaise intégrant actuellement plus de 31 % de femmes suite à la mise en place de la loi des quotas. Dans de nombreux pays d’Afrique francophone, des lois nationales ont été votées pour garantir la parité dans les élections. Au Sénégal par exemple la société civile sensible à l’approche genre s’est organisée en Plateforme de veille des femmes pour des élections apaisées au Sénégal. Pour autant de nombreux écarts sont encore visibles en terme d’application des lois comme en témoigne la liste exclusivement masculine constituée dans la ville de Touba, haut-lieu de la confrérie mouride dans ce même pays.

L’objectif du pôle thématique est d’accompagner les observatoires du genre à mieux s’outiller et s’allier pour construire ensemble une meilleure connaissance et un plaidoyer plus efficace favorisant une meilleure participation des femmes à la vie publique dans l’espace francophone. A termes, le but de ce projet est de contribuer à l’atteinte d’une intégration pérenne du genre dans les politiques publiques et les initiatives de développement.

Le projet concernera les 10 pays suivants : Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Côte d’Ivoire, Haïti, Madagascar, Sénégal, Togo, RDC. Ces pays sont ceux où sont localisés les observatoires membres du projet ROEG qui ont manifesté le besoin d’un pôle thématique sur la participation des femmes dans la vie publique. Le projet se déroulera idéalement sur trois ans, à partir de septembre 2014.

Télécharger la note conceptuelle du pôle thématique

2. BEUTOU ASKANWI. Le pôle de l’Observation citoyenne du genre au Sénégal

Souvent mentionné comme un pays-modèle sur l’égalité de genre et les droits des femmes en Afrique subsaharienne, le Sénégal fait face à un réel enjeu de la disponibilité des données sur les inégalités. Le système statistique sénégalais, malgré les efforts entrepris ces dernières années, comporte beaucoup de limites, notamment en ce qui concerne les données désagrégées sur le genre.

Le présent projet vise à renforcer les observatoires sénégalais de l’égalité dans leur capacité, en priorité les observatoires citoyens indépendants, à

  • a) collecter, analyser et utiliser des données et indicateurs de genre,
  • b) plaider efficacement en faveur d’une meilleure prise en compte du genre et des droits des femmes par tous les acteurs du développement au niveau national (les décideurs mais aussi les bailleurs, les organisations de la société civile, les mouvements de défense des droits humains, les centres de recherche, etc.),
  • c) rendre effective la redevabilité des Etats dans une logique de bonne gouvernance.

Le projet est développé en partenariat avec : AFARD, l’Observatoire des relations de genre au Sénégal (ORGENS), l’Observatoire du genre de Matam, l’Observatoire genre et développement de St Louis, WiLDAF/FeDDAF.

Une réunion a eu lieu en novembre 2014 à Dakar entre les observatoires du pôle Beutou Askanwi et des représentant-e-s de l’Association Genre en Action qui anime le réseau ROEG. Cette réunion a été l’occasion de faire un point sur les activités et projets futurs du pôle.

Télécharger la note conceptuelle du pôle Sénégal

 

 

journal-ROEG-1

Atelier régional du ROEG à Dakar (16-17 avril 2014)

Dans le cadre du Réseau des Observatoires de l’Egalité de Genre (ROEG), Genre en Action a organisé un atelier sur le thème du « rôle des observatoires de l’égalité de genre dans l’agenda post-2015″, en collaboration avec le Centre International de Formation de l’OIT (Organisation Internationale du Travail).

Cet événement a réuni plus de 50 personnes, venant de 10 pays francophones (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, France, Madagascar, RD Congo, Sénégal, Tchad, Togo) : des représentant-e-s d’observatoire, d’institutions nationales et internationales, des expert-e-s en genre et des acteurs de la société civile.

L’atelier a été l’occasion de présenter les résultats de l’étude comparative menée par le cabinet Y.O.D auprès de l’ensemble des observatoires du genre.

Lire le Journal de l’atelier en ligne

 

En savoir + :
Album photo et revue de presse
Journal de l’atelier (PDF – 2 Mo)
Programme (PDF – 1,1 Mo)
Communiqué de presse (10/04/2014 – PDF – 1,1 Mo)
Affiche  (PDF – 373 ko)
Flyer (PDF – 778 ko)

 

Formations en ligne (mars-avril 2014)

Genre en Action, dans le cadre du Réseau des Observatoires de l’Egalité de Genre (ROEG) a organisé 2 formations en ligne sur les « méthodes de collecte et d’analyse d’indicateurs de genre », dans les domaines suivants :

  • Formation 1 : Observation des Violences de genre en milieu scolaire (VGMS)
    Du 3 au 28 mars 2014
  • Formation 2 : Observation de la prise en compte du genre dans les politiques économiques
    Du 31 mars au 17 avril 2014

Télécharger la présentation de la formation

 

Le ROEG à la CSW58 (New-York, mars 2014)

Lors de la 58è Commission sur le Statut des Femmes (CSW58) à New-York, l’association Genre en Action qui porte le projet ROEG est intervenue pour insister sur le besoin fondamental de redevabilité des Etats en matière d’égalité de genre. Réuni-e-s autour d’observatoires, la société civile a un rôle clef à jouer pour demander des comptes aux gouvernements et influencer l’agenda post-2015.

En savoir + sur le blog du ROEG : Le ROEG à la CSW58. New-York, mars 2014

 

Etude comparative des observatoires de l’égalité de genre (janvier-mars 2014)

Le Cabinet Yara Obirin Dide (Bénin) a mené une étude comparative des observatoires de l’égalité de genre dans l’espace francophone de Janvier à Mars 2014.

L’étude a porté sur les observatoires impliqués dans et/ou intéressés par le projet ROEG. Elle s’est inscrite dans la phase 2 du projet et complète les actions déjà menées. Les principaux bénéficiaires et acteurs de l’étude sont les observatoires existants membres du projet, qui pourront en tirer des recommandations et exemples de bonnes pratiques afin d’améliorer la performance de leurs pratiques. Les observatoires en gestation sont aussi bénéficiaires. Les décideurs politiques et les bailleurs susceptibles de soutenir les observatoires sont également destinataires de l’étude. Enfin, les organisations de la société civile et gouvernementales ainsi que les chercheur-e-s s’intéressant à l’observation des inégalités de genre bénéficieront également des résultats.

Objectifs

Des recommandations et des bonnes pratiques pour observer les inégalités de genre

L’étude vise l’amélioration du fonctionnement des observatoires de l’égalité et de leur influence sur les politiques et programmes de développement, au Nord et au Sud par la mise à disposition de données pertinentes, l’interpellation et la fonction de veille et d’alerte.

  • Faire émerger les leviers, les obstacles et les bonnes pratiques des observatoires en termes d’observation, de collecte d’informations et de plaidoyer, en tenant compte de leurs contextes, thématiques et des publics ciblés ;
  • Faciliter le montage et la mise en place d’observatoires de l’égalité par les organisations de la société civile.

En savoir +
Télécharger l’étude : Etude comparative des observatoires de l’égalité de genre. RAPPORT FINAL (PDF – 885 Ko)